CHEVALIER Arthur 1823-1872

 CHEVALIER Arthur, 1830-1872

 

Par Brian Stevenson mis à jour juillet 2020

Modifié par Jean Paul Mirrione en juillet 2020

 

En 1859 Arthur Chevalier a repris les affaires de son père.

Henri van Heurck écrivit en 1869 qu’Arthur faisait de grands progrès pour relancer une entreprise en déclin. Arthur reprit la construction d’instruments micrographiques avec beaucoup d’énergie et de succès, dont la fabrication avait été négligée par son père dans les dernières années de sa vie, en raison du mauvais état de sa vue.

Arthur publia en 1864 un livre important et complet sur la microscopie, L’Etude Micrographe. Ce livre présentait à la fois des informations générales sur la microscopie et des descriptions d’instruments fabriqués par lui et par son père . Une édition élargie est apparue en 1865, montrant des modèles de microscopes supplémentaires, tout en supprimant les modèles qui étaient vraisemblablement obsolètes .

Jules Pelletan a noté que plusieurs statifs de Chevalier ont copié les développements de Camille et Alfred Nachet, tels que le tambour et « Strauss » modèle de microscopes composés à pieds de fer à cheval. En outre, la production de corps de microscope a été confiée à des artisans tels que Henri Bouquette. Pourtant, ceux-ci étaient de haute qualité, Pelletan remarquant que « les microscopes étaient très bien faits« , et que Bouquette était « un ingénieur mécanique très habile » qu’il a produit « des corps de microscopes qui sont irréprochables en ce qui concerne le mécanisme« .

En 1870, Arthur reçut un doctorat honorifique de l’Université de Rostock. Dès lors, il utilise le titre de «Docteur» pour sa signature sur des microscopes et d’autres équipements.

Pourtant, Arthur était gravement malade, et meurt à l’âge de 43 ans, en 1874.

Sa femme est morte le mois suivant. La propriété de l’entreprise est passée à leurs jeunes filles. Une par une, elles sont également morts jeunes, la dernière en 1880. Les décès précoces d’Arthur, de sa femme et de leurs filles suggèrent une maladie infectieuse transmissible comme la tuberculose.

L’entreprise Chevalier fut achetée en 1881 par deux frères, René et Charles Avizard, propriétaires d’autres entreprises d’optique. Ce n’est peut-être pas une coïncidence, Charles Avizard avait évalué les successions d’Arthur et de sa dernière fille, et a ainsi aidé à fixer le prix de vente.

Deux ans plus tard, en février 1883, la famille Avizard achète l’entreprise optique lancée par J.G.A. Chevallier (2 LL). Les magasins Chevalier et Chevallier fonctionnérent séparément, sous leurs anciens noms, jusqu’à la fin de 1914-1921. Ainsi, un nombre important de microscopes marqués par «Dr Arthur Chevalier» ont été produits pendant la gérance de Avizard et fabriqués par des entreprises sous contrat.

Dates notables dans les entreprises Chevalier :

1765: Louis Vincent Chevalier s’établit au Quai de l’Horloge.

1805: Louis Vincent Chevalier est mort, Vincent Chevalier («Chevalier fils») poursuit l’entreprise au 67 Quai de l’Horloge.

  1. 1820: l’adresse change au 69 Quai de l’Horloge.

1823-1824: Vincent Chevalier, accompagné de Charles, produisent leurs premiers microscopes connus. Il s’agissait d’instruments achromatiques, initialement produits en collaboration avec « Selligue » (Alexandre François Gilles). À partir de 1825, ils ont été produits avec un design différent «selon Euler».

1826: Le plus ancien enregistrement connu de Vincent et Charles Chevalier en tant que partenaires («Vincent Chevalier aîné et fils»).

1829: Les associés décrivaient leur entreprise comme «Vincent et C. Chevalier».

1833: Charles Chevalier part ouvrir sa propre boutique, au 163 Palais Royal. Vincent Chevalier a continué au 69 Quai de l’Horloge.

1841: Décès de Vincent Chevalier. Charles Chevalier se qualifia par la suite de «seul successeur de feu Vincent Chevalier».

L’entreprise du 69 Quai de l’Horloge a été poursuivie par l’employé de Vincent, Ambroise Richebourg (1810-1875), qui s’est par la suite qualifié de « seul élève de Vincent Chevalier» .

1848: L’adresse de la boutique de Charles Chevalier passe de 163 Palais Royal au 163 Palais National.

1849: L’adresse de la boutique Chevalier passe de 163 à 158 Palais National.

1852: Le Palais National change son nom pour le Palais Royal, de sorte que l’adresse de la boutique de Chevalier change en 158 Palais Royal.

1859: Décès de Charles Chevalier. L’entreprise a été poursuivie par Arthur Chevalier.

1870: Arthur Chevalier obtient un doctorat honorifique de l’Université de Rostock, puis se réfère à lui-même comme «Dr Arthur Chevalier».

1874: Décès d’Arthur Chevalier. Sa femme et l’une de ses filles sont mortes un mois plus tard. L’entreprise a été héritée par les deux filles survivantes d’Arthur, Adèle Marie Gabrielle et Marie Louise Charlotte Chevalier, et a continué comme «Dr Arthur Chevalier».

1880: Décès de Marie Louise Charlotte Chevalier. Sa sœur, Adèle Marie Gabrielle, était décédée plus tôt. L’entreprise Chevalier fut acquise en 1881 par Charles et René Avizard, qui continuèrent d’utiliser le nom de «Dr Arthur Chevalier».

vers 1914-1922: L’entreprise «Chevalier» a été fusionnée avec celle de «l’Ingénieur Chevallier», que la famille Avizard avait acquis en 1883.

 

 

 

 

Les microscopes d’Arthur Chevalier, comme l’illustre l’édition de 1864 de « L’Etudiant Micrographe ». (A)  Microscope simple, nouveau modèle. (B)  Microscope simple de précision. (C)  Microscope composé standard. (D)  Microscope composé étudiant. (E) Microscope composé de base cylindrique. (F)  Microscope simple/composé. (G)  Microscope composé inclinant. (H)  Microscope composé rotatif. (I)  Microscope composé « » avec colonnes (voir la figure 39 légende pour plus d’informations sur Strauss)  (J)  Microscope chimique de la forme de Charles Chevalier. (K)  Grand microscope anatomique. (L)  Microscope de poche « Diamant ». (M)  Petit microscope universel. (N)  Grand microscope universel. L’édition de 1865 de « L’Etudiant Micrographe » ne comprenait que quelques-uns de ces microscopes :  A  (sous trois formes révisées),  C,  E,  G,  H,  I,  J,  M, et  N, ainsi que plusieurs nouveaux modèles.

 

Des microscopes supplémentaires qui ont été décrits dans l’édition de 1865 d’Arthur Chevalier de « L’Etudiant Micrographe ». Plusieurs des stands présentés dans l’édition de 1864 n’étaient plus inclus.  (A-C)  Variations sur un microscope simple, avec A ayant un bras dont la longueur peut être ajustée par vis à l’extrémité (similaire à l’appareil de Raspail), B a un rack-et-pinion pour ajuster la longueur du bras, et C a deux porte-lentilles sur le bras qui permettent des changements faciles de grossissement. (D)  Microscope composé étudiant. (E)  Microscope simple/composé. (F)  Microscope composé sur une conception du professeur Charles Robin. (G)  Grand microscope composé « a » avec des colonnes (voir la figure 39 légende pour plus d’informations sur Strauss). (H)  Une nouvelle forme de microscope de poche « i » (Chevalier déclare qu’il a été inventé par son père en 1834, mais c’est clairement un style plus récent, et est très différent du « i » qu’il a montré en 1864: ).

 

 

 

La liste des prix du microscope d’Arthur Chevalier, tirée de l’édition de 1885 de « L’Etudiant Micrographe ». 

 

 

 

 Un microscope standard (« usuel ») d’Arthur Chevalier. La signature n’a pas de référence au doctorat d’Arthur, et date donc d’avant 1870.

Un microscope de style tambour ( » cylindrique « ) du style de 1864 illustré , signé « Arthur Chevalier, Opticien, Fils et Sucr. de Charles Chevalier, Palais Royal 158, Paris ». 

 

 

 

Microscope composé rotatif, signé « Arthur Chevalier, Palais Royal 158, Paris » . Un certain nombre de premiers microscopes Français ont des stades et des corps supérieurs qui tournent, ce qui permet de voir le spécimen avec différents angles d’éclairage sous-scène sans toucher le spécimen ou le miroir.

 

Un petit microscope universel, signé « Microscope Achromatique Universel, Invente par Charles Chevalier, Ingeneur, Arthur Chevalier Fils et Scr., Palais Royal 158, Paris » . 

 

 

 En 1872 CATALOGUE Dr. Arthur Chevalier, “L’Officine, ou, Répertoire Général de Pharmacie Pratique”.

Microscope « étudiant », signé « Arthur Chevalier » (c.-à-d. avant 1870). Ce modèle a été décrit dans l’édition de 1865 de « L’Etudiant Micrographe ». Une forme très différente de microscope « étudiant » a été décrite dans l’édition de 1864 .

Microscope composé, basé sur une conception de l’anatomiste Charles Robin (1821-1885). Décrit par Chevalier en 1865 .

 

 

 

Signé sur la scène « Arthur Chevalier » et « Le Trichinoscope ». Arthur publia un livret décrivant ce microscope en 1866. 

 

 

Deux formes de microscopes Arthur Chevalier, décrites par Henri van Heurck dans son « Le Microscope », deuxième édition, 1869. Les deux sont décrits comme des formes « strauss », B étant le « grand » modèle. « strauss » était Hercule Strauss-Durckheim (1790-1864), un anatomiste et entomologiste Français, qui a été suggéré d’avoir été impliqué dans le développement du pied ouvert « en fer à cheval » du microscope « continental » (voir Nias, 1893, JRMS). Le premier microscope de ce type a été produit par Georges Oberhaueser  en 1849, qu’Oberhaeuser a nommé le stand « continental ». De toute évidence, Chevalier a attiré l’attention sur les pieds ouverts de ses microscopes sans mentionner l’instrument de son concurrent. 

 

 

 

Illustrations de microscopes Chevalier de la publication de 1878 « Les Microscopes Chevalier ». C’était quatre ans après la mort d’Arthur, quand l’entreprise a été gérée pour ses filles par les Avizards. Les lithographies comprennent des instruments qui avaient été produits par les Chevaliers pendant des décennies, ainsi que plusieurs nouvelles formes. 

 

 

1880 publicité, de « Journal de Micrographie ». Arthur était mort depuis 6 ans, et l’entreprise appartenait à ses deux jeunes filles.

 

 

 

A peu prés en 1878 microscope inversé, signé « Dr. Arthur Chevalier, Opticien, Palais Royal

 

 

Une publicité de 1882, un an après l’achat de l’entreprise Chevalier par les frères Avizard. De « Bradshaw’s Illustrated Travellers’ Hand Book to France ».

 

 

 

Une publicité de 1870, tirée de « Annuaire de Thérapeutique, de Matière Médicale, de Pharmacie et de Toxicologie ». En l’absence du « Dr », ce premier Arthur a reçu un doctorat honorifique de l’Université de Rostock.

 

 

(Gauche) un microscope « Étudiant » signé « Arthur Chevalier, Palais Royal 158, Paris » et (à droite) un microscope identique signé « Bouquette, 9 rue Rollin ». 

 

 

 

Deux moulins à lentilles à l’œuvre, de A. Chevalier, « L’étudiant Micrographe », 1865.

 

 

 

Gravure de l’atelier de broyage de lentilles Chevalier. De « Les Microscopes Chevalier », 1878.

 

L’histoire de la Maison de Chevalier en tant que fabricants d’instruments optique a commencé en 1757. Cette année-là, Claude-Henriette Christophe Chevalier, veuve d’un peintre du nom de Philibert-Vincent Chevalier, s’arrange pour que son fils, Louis-Vincent Chevalier, soit apprenti chez le fabricant de miroirs Etienne-Claude Deslandes. Selon les antécédents familiaux, Louis-Vincent avait alors treize ans et demi, indiquant une date de naissance de 1744 ou 1745.

Après cet apprentissage, Louis-Vincent Chevalier ouvre sa propre boutique sur le Quai de l’Horloge, en 1865. Certaines publicités ultérieures indiquent un début en 1860 ou 1870, mais 1865 est la date la plus fréquemment citée. Il indique un apprentissage de 7 à 8 ans, ce qui est une durée normale.

Fils Jacques-Vincent (Vincent) Chevalier est né le 23 décembre 1770.

Louis-Vincent Chevalier mourut en 1805, et son entreprise fut poursuivie par Vincent Chevalier. En 1809,  Cette adresse a changé au numéro 69 quelques temps après 1813, probablement en raison d’une renumérotation de la rue. Le suffixe « fils » a été abandonné par l’édition 1813 de l’Almanach  .

Vincent Chevalier s’était marié vers 1803 avec Marie Madeleine Wagener. Leur fils, Charles Louis, est né le 18 avril 1804.

Vincent semble avoir eu un frère, Jean Louis Joseph Chevalier, qui a vécu vers 1776 /1850. Connu sous le nom de «Louis», ses dossiers de mariage de 1810 énumèrent ses parents comme Louis-Vincent Chevalier et Charlotte Victoire Penseron. Je n’ai pas trouvé de dossiers du nom de la mère de notre Vincent, ce qui confirmerait la relation. Le dossier de mariage de Louis le décrit comme «ex-fusilier et ouvrier optique»(«ex-soldat et ouvrier d’optique»). Ce Louis Chevalier établit sa propre entreprise d’optique au 65 Quai de l’Horloge vers 1818, et continue sur ce site jusqu’à la fin des années 1840. Les enquêtes sur la vie de Louis Chevalier et sa relation avec Vincent Chevalier se poursuivent.

À l’Exposition des Produits de l’Industrie de 1819, «M. Chevalier (Vincent) aîné» reçoit une Citation pour «plongeurs d’optique exécutifs avec adresse». L’explication de ces «divers instruments optiques» n’a pas été fournie. La description de Vincent comme «aîné »(l’aîné) peut être une référence à Louis Chevalier, dont la boutique était à proximité, ou peut indiquer que le fils de Vincent, Charles, était en train de devenir connu du monde scientifique.

Le 5 novembre 1820, Vincent présente une nouvelle forme de camera obscura à la Société d’encouragement pour l’Industrie Nationale. Un tel dispositif se compose d’un petit trou qui permet la lumière extérieure dans une boîte ou une pièce sombre, le résultat étant qu’une image de l’extérieur est projetée sur le mur opposé de la chambre. L’appareil de Chevalier était unique en ayant un prisme dans le trou, avec un visage du prisme étant convexe. Il a été rapporté pour produire des images vives et nettes, et n’avait pas les inconvénients d’un miroir, qui avait été précédemment utilisé pour ces dispositifs.

Dans le même temps, Chevalier a été acclamé pour sa production d’une caméra lucida. Ce dispositif a un prisme qui permet à l’utilisateur de voir simultanément un objet et une feuille de papier, permettant ainsi à l’utilisateur de tracer l’objet sur le papier. Il a été décrit comme «supérieur aux autres du genre même, en ce qu’il permet de bien direuer l’image et la pointe du crayon»(«supérieur à d’autres du même genre, en ce sens qu’il permet de distinguer clairement l’image et le point du crayon»). De plus, le modèle Chevalier était «augmenté d’un appareil microscopique qui donne la faculté de pouvoir dessiner la forme amplifiée des insectes et autres objets de petite dimension». Ce dernier point indique clairement que Vincent Chevalier produisait des lentilles à grossissement en 1820.

Également d’importance, la caméra Chevalier lucida a été basée sur une invention de Giovanni Battista Amici (1786-1863), de Modène, Italie. Amici et les Chevaliers sont connus pour avoir échangé des articles optiques. Notant qu’Amici développait alors son microscope «catadioptrique», qui utilisait un miroir concave miniature pour grossissement, et que le père de Vincent Chevalier avait été formé comme fabricant de miroirs, il est possible que Vincent fournisse des miroirs, ou du moins des conseils, à Amici.

Vincent reçut une mention honorable à l’Exposition des Produits de l’Industrie de 1823 pour ses dispositifs de mesure ».

Les Chevaliers ont commencé leur carrière en tant que fabricants de microscopes importants en 1823. Alexandre François Gilles (alias « Selligue« ) a fait appel à leur aide pour développer un microscope composé achromatique. L’aberration chromatique survient parce que les différentes longueurs d’onde de la lumière blanche se réfractent à travers une loupe à différents angles, ce qui donne lieu à une image avec un flou de couleurs. Selligue s’est étendu sur le travail des ingénieurs optiques antérieurs et a développé une combinaison de quatre verres de courbure et de composition différentes qui ont essentiellement annulé l’aberration chromatique de l’autre, produisant une image magnifiée avec une aberration minimale .

Le 22 août 1824, le microscope achromatique Selligue-Chevalier est présenté à l’Académie Royale des Sciences par l’ingénieur optique et physicien Augustin Fresnel (1788-1827) . Cependant, Fresnel a donné à Selligue le crédit unique pour ce développement majeur. Les Chevalier étaient considérés que comme des ouvriers qui suivaient les ordres de Selligue. Offensés, les Vincent et Charles arrêtent la coopération avec Selligue.

Ce dernier se tourne vers un autre opticien qui avait un magasin à proximité, Jean Gabriel Augustin Chevallier (alias « l’Ingénieur Chevallier« ,  1778-1848), qui a ensuite produit des microscopes « Selligue » pendant plusieurs années .

Vincent et Charles Chevalier avaient réalisé qu’une combinaison plus simple, avec un arrangement différent de trois lentilles, produisait une combinaison achromatique plus propre . Ils ont révélé leur nouveau microscope achromatique le 30 mars 1825. Les Chevaliers nommèrent cette invention le microscope «Euler», d’après Leonhard Euler (1707-1783), qui avait théorisé sur la composition des combinaisons de lentilles achromatiques. En créditant un physicien mort depuis longtemps pour le développement du microscope achromatique, les Chevaliers ont rejeté la nouveauté du microscope de Selligue. Leur microscope de type Selligue a rapidement été interrompu .

Ainsi, les microscopes de type Selligue des Chevalier peuvent être datés de 1824, et les instruments de type Euler après mars 1825. Vincent a manifestement continué à faire des microscopes de type Euler dans les années 1830 .

Charles Goring (1793-1840), le célèbre ingénieur optique londonien, écrivait en 1827 : «La curiosité de beaucoup sera sans doute excitée, quant à ce que nos voisins, les Français, toujours avant tout dans la poursuite de la gloire, tant dans les arts que dans les armes, ont fait dans l’affaire des lunettes d’objets achromatiques pour microscopes. Avec la plus grande satisfaction, je me trouve en mesure d’affirmer, que Messieurs Chevalier, (aine et fils,) N° 69, Quai de 1’Horloge, Paris, ont rivalisé avec nos propres artistes, dans cette branche de la fabrication d’instruments optiques« .

Giovanni Amici entreprend un long voyage à Paris et à Londres de 1825 à 1827. Il rencontre les Chevalier et d’autres artisans de l’optique dans les deux villes. Charles Chevalier écrivit (1831) que «M. Amici abandonna en 1815 ses premières tentatives sur des lunettes achromatiques, parce qu’elles n’étaient pas égales à ses microscopes réfléchissants ; et ce n’est qu’en 1824, après le rapport de M. Fresnel, que le philosophe de Modène entreprit ce travail, en adoptant le système de M. Selligue en ce qui concerne la superposition des lunettes d’objet. Il poursuit cette idée avec grand succès, car le 25 mai 1827, il apporte en France un microscope dont le verre objet est composé de trois verres superposés, chacun ayant environ six lignes de foyers, et une grande ouverture, mais pas cimenté. Cet instrument, uni à une grande puissance de grossissement, une résolution remarquable, ainsi que l’horizontalité de l’instrument, et a excité l’admiration des philosophes et des amateurs. Pendant le séjour de M. Amici à Paris, Vincent et Charles Chevalier exposent au Louvre un microscope horizontal, construit sur les principes et sur les conseils de M. Amici; et cet instrument a été jugé digne de la médaille d’argent par le jury central« .

En 1829, Charles écrivit un livret sur les caméras des Chevalier obscura et caméras lucida. Charles était le seul auteur. De plus, leur entreprise a été décrite comme «Vincent et C. Chevalier, opticiens» .

Preuve supplémentaire de l’ascension de Charles Chevalier dans le monde, il épousa Marie Zoé de La Sayette, le 14 février 1829. Le dossier de leur mariage indique que les Chevaliers n’habitaient pas dans leur boutique du Quai de l’Horloge, mais résidaient plutôt au 16 place Dauphine. Le dossier de décès de Vincent en 1841 montre que lui et sa femme y ont vécu jusqu’à sa mort. Avant son mariage, Marie Zoé avait vécu à proximité, au 24 place Dauphine. Le fils de Charles et Marie Zoé, Arthur, est né le 15 mars 1830.

Bien que les écrits ultérieurs d’Arthur Chevalier et d’autres donnent 1830 ou 1832 comme date pour Charles quittant le partenariat avec Vincent, Charles lui-même a écrit que la scission a eu lieu en 1833 . Deux autres éléments de preuve étayent une date après 1830. Vincent et Charles ont remporté ensemble une médaille d’argent à l’exposition de 1830 de la Société d’encouragement pour l’Industrie Nationale . Charles écrivit une lettre à Charles Goring sur les microscopes achromatiques des Chevaliers, datée du 10 février 1831, et s’adressa à partir du 69 quai de l’Horloge.

Arthur, “En passant par le Palais-Royal, il vit un magasin située galerie de Valois, no. 163 … Il lui fallait aussi des ateliers, il chercha aux alentours, et s’arrêta rue Neuve-des-Bons-Enfants, no. 1, où il resta cinq à six années, transportant ensuite ses ateliers cour des Fontaines, 1 bis, et 3, là ou il devait mourir”.

Toujours en 1833, Charles publia une description détaillée de son «microscope simple» dans Annales des Sciences Naturelles, donnant son discours comme 163 Palais Royal . Une avance dans la microscopie, il a utilisé des lentilles de doublet et de triplet plan-convexe dans la construction des oculaires. Cela aurait été une annonce majeure pour le monde scientifique de l’indépendance de Charles et de son appareil optique innovant.

Vincent et Charles entrèrent à l’Exposition des Produits de l’Industrie de 1834. Charles a remporté une médaille d’or, tandis que Vincent a remporté une médaille d’argent. Les participants ont décrit leurs œuvres dans l’Avis des Produits de l’Industrie Française.

Vincent publia un livret sur sa caméra lucida en 1834 . Il a noté qu’il était basé sur la conception de Battista Amici, pour laquelle il avait été acclamé en 1820 (voir ci-dessus). L’arrière du livret répertoriait d’autres éléments optiques qui pouvaient être obtenus auprès de Vincent Chevalier : «microscope achromatique» tel que décrit en 1824 (probablement son modèle Euler), un microscope solaire achromatique et une chambre obscura.

Charles publia un livre sur sa version de la caméra lucida en 1838 .

Charles publia Des Microscopes et de Leur Usage en 1839. Ce livre a fourni des détails sur le fonctionnement des microscopes et leurs utilisations. Deux grandes plaques pliantes illustraient les microscopes de Charles Chevalier de l’époque . Il a fourni une description détaillée de son nouveau microscope achromatique Grand Universal , bien qu’il ait à peine mentionné aucun de ses autres modèles. Ici, on retrouve aussi Charles déclarant à partir de quand il a quitté son père: « En 1833, je séparai mon établissement de celui de mon père » (page 90).

Vincent Chevalier meurt le 29 novembre 1841. D’après un registre de l’établissement de sa succession, nous apprenons que Vincent et son épouse, Marie Madeleine Wagener, ont eu deux fils: Charles, et Jean-Baptiste Nicolas Chevalier, un « vérificateur en bâtiments » . Certains auteurs ont suggéré que Charles est retourné à la boutique de son père au moment de la mort de Vincent, mais aucune autre source contemporaine ne montre Charles n’importe où sauf palais Royal. La succession de Vincent était évaluée à 30199 francs. Un employé de Vincent, Pierre Ambroise Richebourg, a été témoin officiel de l’évaluation.

Richebourg acquiert la boutique de Vincent au 69 Quai de l’Horloge, et probablement des articles du domaine, ouvrant ainsi sa propre entreprise d’optique. 

En 1848, le nom  de Charles est changé du Palais Royal au Palais National. L’année suivante, en 1849, Chevalier fait passer sa boutique du numéro 163 à 158 . Le nom du bâtiment est revenu au Palais Royale en 1852. Ces changements d’adresse aident à dater l’appareil de Chevalier.

Deux des plus grands magasins d’optique de Paris étaient ceux de Chevalier et Chevallier, dont les noms similaires ont souvent conduit à la confusion. J.G.A. Chevallier  (2  » LL « s) était largement connu sous le surnom de « l’Ingénieur Chevallier« ,et, après sa mort en 1848, son successeur nomma l’entreprise « Maison de l’Ingénieur Chevallier« . 

L’entreprise Chevalier avait manifestement souffert au cours des dernières années de la vie de Charles. Henri van Heurck a écrit dans son édition de 1869 du Microscope, « Arthur Chevalier a succédé à son père, à qui le microscope, outre les lentilles achromatiques a court foyer, fait tant d’importants perfectionnements. Il a repris avec beaucoup d’ardeur et de succès la construction des instruments de micrographie dont la fabrication a été négligée par son père dans les dernières années de sa vie, par suite du mauvais état de sa vue »( »Arthur Chevalier a succédé à son père, à qui le microscope, en plus des lentilles achromatiques à foyer court, doit tant d’améliorations importantes. Il reprit avec beaucoup d’ardeur et de succès la construction d’instruments micrographiques, dont la fabrication avait été négligée par son père dans les dernières années de sa vie, en raison du mauvais état de sa vue » van Heurck s’est étendu à ce sujet dans son édition de 1893 de  The Microscope: «Dr. Arthur Chevalier … après une lutte désespérée, il réussit à ressusciter, financièrement parlant, l’entreprise que son père, un homme de recherche, et un inventeur, mais pas un homme d’affaires, avait laissé en difficulté« .

Opérant sous le nom d’Arthur Chevalier, la nouvelle entreprise a rapidement publié de nouveaux catalogues dans de nombreux domaines. Les catalogues comprenaient des listes de prix des Chevalier, la plus récente ayant été une médaille de première classe à l’Exposition universelle de Paris de 1855, ce qui indique que la négligence de Charles Chevalier n’a pas eu d’impact grave sur la qualité .

Arthur publia en 1864 une œuvre historique importante : sa première édition de L’Etudiant Micrographe, («The Student Microscopist»). Ce livre comprenait de nombreuses gravures des différents microscopes de Chevalier, ainsi que des explications des techniques microscopiques et de la théorie .

Une deuxième édition de L’Etudiant Micrographe  est publiée un an plus tard, en 1865. Entièrement révisée, cette édition comprenait des photos de nombreux nouveaux modèles de microscopes et l’abandon apparent de certains anciens.

Arthur reçut un doctorat honorifique de l’Université de Rostock en 1870. À partir de ce moment, il se dit «docteur», et grave ses microscopes ainsi. L’appareil d’Arthur Chevalier peut être daté comme avant ou après 1870 par l’absence ou la présence de « Docteur« , respectivement.

La santé d’Arthur Chevalier était en déclin, et son entreprise commença manifestement à faiblir. Le manuel de Heinrich Frey de 1872, The Microscope and Microscopical Technology,  déclarait : «L’ancienne entreprise de Chevalier a récemment pris un nouveau départ, par l’intermédiaire du fils, Arthur Chevalier (Palais Royal, no 158). Un juge compétent, von Heurck, a récemment donné de l’importance aux productions optiques de Chevalier.

Arthur Chevalier mourut le 9 janvier 1874. Il n’avait que 43 ans au moment de sa mort. Comme mentionné ci-dessus, sa disparition précoce, et celle de sa famille immédiate, suggèrent la tuberculose comme cause.

Jules Pelletan écrivit plus tard : «La maison fondée par Vincent et Charles Chevalier, père et fils, n’existe pas aujourd’hui. Après la mort de Charles Chevalier, il est passé entre les mains de son fils Arthur. Il ne fallut pas longtemps pour perdre son ancienne signification sous la direction de ce bon, mais malade, qui manquait, d’ailleurs, les compétences nécessaires pour succéder à son père habile et savant.

Bien que le Dr Arthur Chevalier ait fait de son mieux pour imiter les instruments de MM. Nachet, il n’a jamais été en mesure de restaurer l’ancien lustre de sa maison, et ce n’était que son nom universellement connu, son emplacement avantageux dans les galeries du Palais-Royal, et la vente de lunettes, lunettes et lunettes qui l’ont sauvé de la ruine« .

La fille Marie Simone Jacqueline Chevalier mourut un peu plus d’un mois après son père, le 26 février 1874.

L’épouse d’Arthur, Marie Eugénie Bernage Chevalier, mourut également le 26 février 1874. La propriété de l’entreprise optique Chevalier et le reste de sa succession est allée aux deux autres filles, Adèle Marie Gabrielle et Marie Louise Charlotte. Un gestionnaire a été amené pour s’occuper de l’entreprise pour les jeunes filles.

Pelletan a écrit que l’entreprise a essayé de cacher la mort d’Arthur à leurs clients, une approche raisonnable pour une entreprise qui n’avait pas de tête. Il a décrit les héritiers comme «deux jeunes filles et charmantes, presque des enfants».

En 1878, « Chevalier (A.), à Paris, galerie de Valois, 158 » expose microscopes et ophtalmoscopes à l’Exposition Universelle Internationale

Marie Louise Charlotte Chevalier est décédée le 24 juillet 1880. Sa sœur, Adèle Marie Gabrielle, est évidemment décédée plus tôt, et l’entreprise Chevalier a rapidement été vendue à la famille.

Charles Avizard et son frère René continuent d’exploiter la Maison du Docteur Arthur Chevalier au 158 Palais Royale, séparés de leur autre boutique d’optique au 57 rue Rambuteau. Deux ans plus tard, au début de 1883, les frères Avizard achètent l’entreprise de la Maison de l’Ingénieur Chevallier à la veuve de Victor Ducray-Chevallier . Les trois magasins ont été entretenus jusqu’en 1900, lorsque les Avizard ont fusionné leur boutique d’origine avec celle de la Maison de l’Ingénieur Chevallier. Entre 1914 et 1921, les Avizard fusionnent les entreprises Chevalier et Chevallier et s’installent au 27 avenue de l’Opéra . 

Henri van Heurk, ami d’Arthur Chevalier, résumait l’affaire Chevalier à partir de 1859, dans son édition de 1893 du Microscope:

« Dr. Arthur Chevalier (Palais Royal, Paris) – Nous ne mentionnons que la firme de Chevalier comme étant historiquement noté dans l’optique. Notre excellent ami, le Dr Arthur Chevalier, mourut peu après la guerre de 1870-1871, quand, après une lutte désespérée, il réussit à ressusciter, financièrement parlant, l’entreprise que son père, un homme de recherche, et un inventeur, mais pas un homme d’affaires, avait laissé en difficulté. L’avenir le plus prometteur s’offrit à lui, mais, hélas, ni lui ni lui n’en ont tiré profit. Madame A. Chevalier et ses deux (sic) filles le suivirent jusqu’à la tombe à un intervalle de quelques années. Seuls des étrangers ont hérité du résultat du travail difficile du pauvre Arthur, et la maison mise en vente a été achetée pour £6,000 par M. Avizard, qui est toujours son propriétaire actuel. Nous n’avons pas examiné les instruments de cette entreprise depuis la prise de possession de M. Avizard. Les appareils sont toujours comme nous les avons décrits en 1878, mais nous ne savons pas si les objectifs ont subi des améliorations. Arthur Chevalier était un homme de haut niveau et bien lu, non seulement en microscopie, mais aussi dans toutes les sciences naturelles et médicales. Si la fortune lui avait souri à un moment opportun, et s’il avait vécu quelques années de plus, il aurait probablement réalisé un progrès substantiel dans la microscopie. »

 

 

 

Liste des microscopes de CHEVALIER Arthur 1823-1872
Trier parTitle
  • CHEVALIER Arthur 1860 inv 311
  • CHEVALIER Arthur 1860 inv 193
  • CHEVALIER Arthur 1860 inv 163
  • CHEVALIER Arthur 1860 inv 159
  • CHEVALIER Arthur 1860 inv 141
  • CHEVALIER Arthur 1860 inv 106