CHEVALLIER Jean Gabriel Ingénieur 1778-1848

 CHEVALLIER Jean Gabriel Augustin, 1778 – 1848    « l’Ingénieur Chevallier »

par Brian Stevenson mis à jour février 2019

Modifié par Jean Paul Mirrione en juillet 2020

 

Jean Gabriel Augustin Chevallier est né à Mantes, dans la banlieue de Paris, le 13 septembre 1778. Son père était notaire et huissier de justice. Plus important encore pour l’avenir de Chevallier, son grand-père maternel était François Trochon, un opticien réputé à Paris.

Trochon avait établi un magasin dans la tour de l’horloge au 1 place de l’Horloge en 1740, dont Jga Chevallier a plus tard hérité. Cela a fourni à Chevallier et ses successeurs une revendication d’être l’une des plus anciennes entreprises d’optique à Paris.

Jga Chevallier étudia avec Trochon et un oncle, ainsi que des opticiens, des astronomes, des scientifiques, des mathématiciens et des ingénieurs parisiens comme Noel-Jean Paymal Lerebours (1761-1840), Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande (1732-1807) et Georges Cuvier (1769-1832).

Jga Chevallier reprend l’entreprise de Trochon en 1796. Ses premiers catalogues indiquent la production (ou la vente, du moins) d’une grande variété d’appareils optiques, scientifiques et d’ingénierie. En plus de ses relations scientifiques et politiques, Chevallier a utilisé un certain nombre de techniques pour élargir sa clientèle.

Très tôt, il a monté un très grand thermomètre sur le mur à l’extérieur de sa boutique, qui attira les foules, en particulier par temps très froid ou chaud. Jga Chevallier a également enregistré les conditions climatiques d’un observatoire dans le haut de son bâtiment, et rapporta des observations quotidiennes

Jga Chevallier s’est marié à Thérèse Mélanie Cotel en Décembre 1796, et peu de temps après, il commença son commerce. Son fils et  futur opticien P.M.A. Chevallier est né en octobre 1897.

Jean Gabriel Augustin Chevallier établit sa boutique au 1 quai de l’Horloge, à Paris, en 1796. Ouvrier habile, il adopte l’honorifique « l’Ingénieur » et signe souvent ses microscopes, télescopes et autres instruments sous le nom de «l’Ingénieur Chevallier». Il reçut de nombreux honneurs de la République, de l’empereur Napoléon et de la royauté subséquente, dont le fait d’être fait chevalier à la Légion-d’Honneur. Cet honneur peut créer une confusion supplémentaire, comme il se décrit parfois comme Chevallier et « le Chevalier« .

Les microscopes ont été produits à partir de 1807. Durant cette année Jga Chevallier publie Instruction sur le Microscope Construit d’Après les Principes de feu Dellebarre, par J.G.A. Chevallier, Ingénieur-Opticien, Membre de la Société Académiques des Sciences, etc.

Un livre sur les lunettes, Le Conservateur de la Vue, a été publié par Jga Chevallier en 1810. Un vaste catalogue de ses microscopes et autres appareils a été inclus dans le dos. Cette édition comprenait également des photos de la boutique de Jga Chevallier.

Le Nouveau Guide de Paris de Galignani de 1827 recommandait un opticien aux touristes : «Chevallier (le Chevalier), 1, Tour de l’horloge du Palais, face au Marché aux Fleurs, Opticien au Roi et à la Famille Royale, inventeur du « gardien de vue », inventeur des lunettes d’opéra appelées cylindres et lunettes isocentriques pour lire, écrire et voir de loin, pour lesquelles des brevets lui ont été accordés.

Pour cet artiste célèbre, les sciences sont également redevables des inventions des cadrans solaires pour différentes latitudes, du baromètre mécanique, le Saccharimètre, et le Galamètre; et l’exécution et la perfection de l’aréomètre centigrade de M. Bordier Marcet; le Gleuco-aenomètre, le Galactomètre et le Cafeomètre fabriqués par M. Cadet de Vaux; le Polymètre chimique, et le petit alambique pour l’essai des vins, inventé par M. Descroizilles (Médaille de bronze, 1823).

M. Jga Chevallier a été honorablement mentionné par le jury de la dernière exposition au Louvre, pour ses différents instruments ; mais ses télescopes célestes et terrestres de trente-deux à quarante-deux lignes, faits de Français de silex en verre, attirèrent particulièrement leur attention. MM. Arago, Biot et Breguet ont exprimé leur approbation sans réserve. 

La femme de Jga Chevallier décédat le 30 septembre 1841. Le fils aîné P.M.A. Chevallier mourut peu après, le 10 novembre 1841.

Un registre après le décès de Thérèse en 1841 fait état de 5 enfants. Parmi les enfants de cette liste étaient, Marie Louise Mélanie Chevallier, née en janvier, 1815, et mariée plus tard à Alexandre Ducray.

Vers 1842, l’entreprise est déplacée sur une courte distance jusqu’au 15 rue de Pont-Neuf

Jga Chevallier vendit son affaire Alexandre and Marie Louise Ducray au début de 1842.

“Obligation par Alexandre Victor Ducray, ingénieur opticien, et Marie Louise Mélanie Chevallier, son épouse, demeurant 1, quai de l’Horloge, au profit de Jean Gabriel Augustin Chevallier, ancien ingénieur opticien du roi et de l’Académie royale des sciences de Metz, demeurant 1, quai de l’Horloge Tour de l’Horloge du Palais, pour prêt d’une somme principale de 25 000 francs, remboursable par moitié les 1er janvier 1845 et 1846, accompagné d’un taux de 5 % l’an, payable par trimestre”.

La boutique s’installe au 15, place du Pont-Neuf plus tard en 1842. L’attribution de cette date est basée sur le catalogue de Chevallier de 1842, qui a fourni cette adresse . Un avis publié en mars 1843 rappelait au public le déménagement de la boutique, suggérant qu’il pourrait s’être produit à la fin de 1842 . Le catalogue de Chevallier indique que le déménagement a été précipité par la construction du Palais de justice qui a interféré avec l’ancien site de l’atelier .

J.G.A. Chevallier meurt le 10 janvier 1848.

L’entreprise était maintenant entièrement entre les mains du gendre et de sa fille. La boutique est vraisemblablement devenue « Maison de l’Ingénieur Chevallier» à cette époque. Le nom a été conservé dans le XXe siècle.

 “M. Ducray (Alexandre-Victor), opticien, né le 30 janvier 1810, et Mme. Chevallier (Marie-Louise-Mélanie), son épouse, née le 2 février 1815, demeurant tous deux à Paris, sont autorisés, tant pour eux que pour leurs enfants mineurs, Emile-Gustave et Clémence-Mélanie, à ajouter à leur nom celui de Chevallier, et à s’appeler, à l’avenir, Ducray-Chevallier”.

La confusion entre les activités optiques Chevallier et Chevalier était un problème de longue date pour les deux entreprises. Les publicités de Ducray-Chevallier avertissaient les clients potentiels d’une « autre maison (plus moderne) en assumant un nom similaire», tandis que Charles et Arthur Chevalier les décrivaient comme «la plus ancienne et la plus célèbre maison de l’ingénieur « Chevalier »

Ce conflit a pris fin en 1857, stimulé par l’ajout par Charles Chevalier du terme « Ingénieur » à son nom dans les publicités. 

Alexandre Victor Ducray-Chevallier meurt en Décembre 1879

“Inventaire après décès d’Alexandre Victor Ducray-Chevallier, dressé dans une maison située 15, place du Pont-Neuf, où le défunt est mort, le 11 décembre 1879, à la requête de sa veuve, Marie Louise Mélanie Chevallier, demeurant même adresse, et de son gendre, François Abel Catherine dit Lefèvre, peintre sur porcelaines, demeurant 22, rue du Faubourg-du-Temple, tuteur de son fils, Paul Édouard Catherine dit Lefèvre, par représentation de Clémence Mélanie Ducray-Chevallier sa mère, décédée le 7 Novembre 1870”

Marie Louise était copropriétaire de la Maison l’Ingénieur avec son mari, et l’a entretenue pendant quelques années après sa mort.

Le 1er février 1883, Marie Louise Ducray-Chevallier vend l’entreprise à René et Charles Avizard.

Les frères Avizard, avec leur père, possédaient une autre entreprise d’optique au 57, rue Rambuteau. Ils avaient également, en 1881, acheté l’entreprise concurrente Chevalier (Arthur était mort en 1874, et la boutique a été réalisée par / pour ses jeunes filles, dont la dernière est morte en 1880). Les trois magasins ont continué pendant plusieurs années sous leur nom d’origine.

L’entreprise a été fusionnée avec la boutique Avizard. A partir de l’édition 1901, la Maison de l’ingénieur Chevallier (Avizard Frères successeurs) opère à partir du 21 rue Royale. Les Avizard exploitaient évidemment eux-mêmes la boutique.

Entre 1914 et 1921, la Maison de l’ingénieur Chevallier s’installe au 27 avenue de l’Opéra. De plus, l’entreprise Chevalier a été regroupée dans la boutique. L’entreprise Avizard/Chevallier/Chevalier s’est poursuivie au moins jusqu’en 1922 

Il existe actuellement à Paris une boutique d’optique nommée « Bourgeois – l’Ingénieur Chevallier », revendiquant l’héritage de Chevallier d’être fondée en 1740. Il n’est pas évident qu’il y ait un lien direct entre cette entreprise et les Chevallier. Cependant, la page « historique» de leur site web montre une paire de photos largement disponibles de Charles et Arthur Chevalier.

 

 

Un bref résumé des dates importantes dans les activités optiques de Chevallier

1796: J.G.A. Chevallier ouvre son entreprise au 1 quai de l’Horloge.

1797 : naissance de son fils PMA

1842: Alexandre Victor Ducray et Marie Louise Mélanie Chevallier achètent l’entreprise de J.G.A. Chevallier. Le père est resté dans un rôle consultatif.

1842: L’entreprise Chevallier déménage au 15, place du Pont-Neuf.

1848: J.G.A. Chevallier meurt, et l’entreprise adopte le nom de « Maison de l’Ingénieur Chevallier». Ducray et sa famille ont légalement changé leurs noms de famille en Ducray-Chevallier.

1879: A.V. Ducray-Chevallier décède.

1883: L’entreprise est rachetée par Charles et René Avizard. L’entreprise conserve le nom de « Maison de l’ingénieur Chevallier», et il semble avoir été gérée par André Norbert Nanta. Les fréres Avizard ont maintenu leur entreprise d’origine à un endroit différent.

1900: Les fréres Avizard déménage au 21 Rue Royale, et regroupe leur activité sous le nom de “Maison de l’Ingénieur Chevallier, Avizard Frères, successeurs”. Leur commerce se déplace au 27 Avenue de l’Opéra entre 1914 and 1921.

 

 

 

 

  1815 vue de la boutique de J.G.A. Chevallier au 1 Place de l’Horloge (également connu sous le nom de la Tour de l’Horloge, la Tour de l’Horloge), en regardant vers le sud du pont du Pont au Changement sur la Seine. La boutique de Chevallier est le grand bâtiment du centre droit. La place de l’Horloge s’étend à droite sur cette image. Le Marché aux Fleurs, un espace ouvert avec de petits arbres, est à gauche. La foule devant la boutique de Chevallier regarde le grand thermomètre à l’extérieur. Chevallier établit un observatoire et une station météorologique au sommet de sa tour, d’où il enregistre et signale les conditions atmosphériques de chaque jour. Image adaptée de l’édition 1815 de Chevallier du « Conservateur de la Vue ».

 

 

 

 

 

Une autre vue de 1815 de la boutique de J.G.A. Chevallier, vue du Marché aux Fleurs.

 

 

 

 

 

Pages de titre et dédicace du « Conservateur de la Vue » de J.G.A. Chevallier en 1810. Chevallier a signé la page de gauche. Le livre a été dédié à son patron, le roi de Westphalie.

 

 

 

 

 

L’édition 1810 du « Conservateur de la Vue » de J.G.A. Chevallier, ainsi que les éditions suivantes, incluaient un catalogue de ses divers produits scientifiques et techniques. En 1810, il vend plusieurs types de microscopes, dont des microscopes simples, des microscopes composés dans le style de Dellebarre et des microscopes solaires. Des gravures de ses microscopes, de cette édition et des éditions ultérieures, sont présentées ci-dessous.

 

 

 

 

Gravure d’un microscope de type Dellebarre, tirée de l’édition 1810 de J.G.A. Chevallier du « Conservateur de la Vue ». Le livre comprenait un chapitre sur ce modèle de microscope. En 1807, Chevallier publia un livre, « Instruction sur le Microscope, Construit d’aprés les Principes de feu Dellebarre, par J.G.A. Chevallier, Ingénieur-Opticien ».

 

 

 

 

Gravure d’un microscope solaire, tirée de l’édition 1810 du  » Conservateur de la Vue  » de J.G.A. Chevallier. Le livre comprenait un chapitre sur l’utilisation de ce type de microscope.

 

 

 

 

 

Gravure d’un microscope simple monté sur des caisses, tirée de l’édition 1815 du « Conservateur de la Vue » de J.G.A. Chevallier. Ce style a été populaire dans le monde entier pendant de nombreuses décennies.

 

 

 

 

« Le Microscope Pancratique », vers 1841, conçu par Alexandre Fischer et produit par J.G.A. Chevallier. Adapté du livre du même nom de Fischer.

 

 

 

 

 

Peut-être une photo de J.G.A. Chevallier, verre soufflant, de son 1819 « Essai sur l’Art de l’Ingénieur en Instruments de Physique Expérience en Verre ». Le livre décrit et illustre de nombreux produits en verre Chevallier, tels que des thermomètres et des baromètres (dont des exemples sont sur le mur derrière la souffleuse de verre). 

 

 

 

 

Une gravure de la boutique de Chevallier en janvier 1830, avec des gens rassemblés autour de son thermomètre géant pour voir l’étendue de la température de l’air froid.

 

 

 

 

Chevallier s’installe au 15, place du Pont-Neuf en 1842. Des extraits du catalogue de cette année sont illustrés (la page de titre a été condensée). Une préface indique que le déménagement était dû à la construction de l’ancien bâtiment. Une gamme de microscopes a été offerte, y compris selligue-type, Dellebarre-type, Raspail-type, horizontal Amici-type, « pancratique », projection solaire, et microscopes simples, et un tableau de loupes.

 

 

 

 

 

Mars 1843 Chevallier s’était installé place du Pont-Neuf.

 

 

 

 

 

 Vue vers 1906 de la Maison de l’Ingénieur Chevallier, 15, place du Pont-Neuf (à droite), d’Eugène Atget (1857-1927). La boutique d’opticiens concurrents de  Lerebours et Secrétan  est à gauche, au 13, place du Pont-Neuf.

 

 

 

 

 

1855 annonces de Victor Ducray-Chevallier et Arthur Chevalier, de « Bradshaw’s Illustrated Travellers’ Hand Book to France ». Bien que la maison de Chevallier ait été continuellement exploitée au sein de la famille depuis sa fondation par François Trochon en 1740, la revendication d’Arthur Chevalier pour la plus ancienne maison est troublante si l’on fait attention à l’orthographe.

 

 

 

 

 

Microscope solaire de la Maison de l’Ingénieur Chevallier. 

 

 

 

 

Microscope composé avec une étiquette Maison de l’Ingénieur Chevallier à l’intérieur de son armoire. Le style suggère qu’il a été fait à la fin des années 1800, peut-être après Que Mme Ducray-Chevallier a vendu l’entreprise. 

 

 

 

 

 

Les fréres Avizard fusionnent leurs magasins en juin 1900, conservant le nom de « la maison de l’Ingénieur Chevallier », mais s’installant au 12 rue Royale. À gauche, un extrait de l’Annuaire-Almanach du Commerce de 1900, de l’Industrie, de la Magistrature et de l’Administration, montrant les listes du Dr A. Chevalier et de l’Ingénieur Chevallier. Centre, un avis publié dans « Le Figaro » le 12 juin 1900. À droite, extrait de l’Annuaire-Almanach du Commerce de 1901, de l’Industrie, de la Magistrature et de l’Administration.

 

 

Liste des microscopes de CHEVALLIER Jean Gabriel Ingénieur 1778-1848
Trier parTitle
  • CHEVALLIER Jean Gabriel Ingénieur 1860 inv 291
  • CHEVALLIER Jean Gabriel Ingénieur 1842 inv 373
  • CHEVALLIER Jean Gabriel Ingénieur 1842 inv 363
  • CHEVALLIER Jean Gabriel Ingénieur 1842 inv 362
  • CHEVALLIER Jean Gabriel Ingénieur 1842 inv 323
  • CHEVALLIER Jean Gabriel Ingénieur 1842 inv 166