OBERHAUSER Georges 1798-1868

 

 

OBERHAUSER Georges Jean, 1798-1868

 

Par Brian Stevenson mis à jour en janvier 2020

Modifié par Jean Paul Mirrione en juillet 2020

 

 

Georg Johann Oberhaeuser est né le 16 juillet 1798 à Ansbach, en Bavière. Il a deux sœurs.

Son père, Michael Oberhaeuser, est un maître tourneur de bois (opérateur de tour).

Après avoir terminé ses études en 1811, Georg est envoyé à Würzburg pour apprendre l’ingénierie technique et la construction d’instruments scientifiques avec Laurent Dantan du Monceau, un autre réfugié de la Révolution Française.

En 1816, Oberhaeuser quitte Würzburg pour Paris. L’ancien locataire et collègue de travail de son père, le nouveau marquis de Ponnat, aide Oberhaeuser à s’installer et à trouver du travail.

Au départ, il travaille pour Henri Gambey (1787-1847).

Quelques années plus tard, il s’installe pour travailler avec un opticien surnommé Rochette.

Il s’agirait d’un des deux opticiens père et fils, connus respectivement sous le nom de Rochette Père et Rochette Jeune, qui exploitaient chacun un magasin sur le Quai de l’Horloge.

Rochette Jeune est particulièrement connu car il a possédé une célèbre boutique connue sous le nom de « Au Griffon ».

En plus de recevoir une meilleure rémunération chez Rochette , Oberhaeuser apprit des détails sur la fabrication d’instruments mathématiques et optiques de haute qualité.

En 1830, Oberhaeuser quitta la boutique de Rochette. Il a également estimé qu’il pouvait faire aussi bien en travaillant pour lui-même. Mais il a vite découvert que la compétence seule ne suffisait pas; il manquait d’une réputation, et eut du mal à acquérir des métaux et d’autres fournitures à crédit.

Un rapport indique qu’Oberhaeuser travaillait seul, sous son propre nom, à la fin de 1831 et au début de 1832. Il montre également qu’il était déjà établi au 19 Place Dauphine.

Ces moments difficiles ont peut-être été la raison de son (apparemment bref) partenariat avec un opticien nommé Bouquet.

La collaboration Oberhaeuser-Bouquet a eu lieu entre 1830 et 1833. Un petit nombre de microscopes sont connus qui sont gravés « Bouquet et Georges Oberhaeuser ». L’inclusion du prénom d’Oberhaeuser, mais pas celui de Bouquet, semble indiquer qu’il s’agissait d’une collaboration de deux entreprises individuelles, et pas nécessairement d’une association complète. On sait peu de choses de Bouquet, y compris son prénom.

Avant 1833, Oberhaeuser eut une rencontre fortuite avec Achile Trécourt .

Trécourt était commis au ministère de la Guerre et, après avoir appris les compétences d’Oberhaeuser, l’invita à occuper un poste au ministère pour réparer l’équipement mécanique. La qualité de son travail, et la rapidité de livraison, conduisent bientôt à des commandes de nouveaux appareils des ministères de la guerre et de la marine. Parmi ces commandes, Oberhaeuser fabriqua des équipements d’arpentage de sa propre conception pour le ministère de la Guerre entre 1833 et 1836. Son seul nom fut associé à ces dispositifs.

En 1835, Bouquet fournit à l’Académie Français une paire de lentilles optiques à base de diamants.

Peu de temps après, Oberhaeuser et son nouveau partenaire, Achille Trécourt, ont présenté d’autres verres de bijoux, et ils ont été décrits comme étant des concurrents de Bouquet. D’autres documents datés impliquent qu’Oberhaeuser et Trécourt avaient établi une relation de travail en 1833.

On pense que Bouquet était opticien en 1837 à Paris comme ayant une boutique sur le Quai Napoléon.

Les contemporains d’Oberhaeuser lui attribuent la popularisation du style du microscope « tambour » vertical. Basé sur les conceptions antérieures de Benjamin Martin, les microscopes tambour d’Oberhaeuser, produits en collaboration avec Bouquet étaient peu coûteux mais robustes. Ils sont devenus très populaires et largement imitées. Il est possible qu’une volonté de construire ce design révolutionnaire ait poussé Oberhaeuser à quitter Rochette.

Trécourt a joué un autre rôle important dans l’entreprise d’Oberhaeuser, celle de montrer les microscopes de ce dernier et de l’initier aux meilleurs scientifiques de France et d’ailleurs. Les microscopes d’Oberhaeuser furent bientôt largement connus pour leur qualité supérieure et furent utilisés dans toute l’Europe.

Une autre nouvelle variante du microscope par Trécourt et Oberhaeuser a été annoncée en 1839, leur «Microscope Achromatique à Grossissements Variables» (microscope achromatique avec grossissements variables). Ce grand microscope de style tambour a un pignon et crémaillère qui ajuste la longueur du tube du corps, qui change le grossissement apparent du spécimen. Les fabricants ont déclaré que cette fonctionnalité permettait aux utilisateurs de modifier le grossissement sans changer l’objectif du microscope.

Oberhaeuser a développé un type relativement peu coûteux de platine mécanique vers 1839. Il a été décrit cette année-là dans Le Traité du Microscope de Louis Mandl. La platine est déplacée par deux vis, placées à 90 degrés l’une de l’autre, tandis qu’un mécanisme de ressort maintient la platine en position. D’un intérêt particulier, Mandl écrit que la platine mécanique a été produite par «Georges Oberhaeuser», sans parler de Trécourt, suggérant que le partenariat s’était dissous au moment de la publication du livre de Mandl.

La nature de la relation entre Oberhaeuser et Trécourt semble avoir été complexe, et sa durée n’est pas claire. Les microscopes ont été gravés de leurs deux noms.

Le partenariat Oberhaeuser-Trécourt semble avoir pris fin vers 1839, lorsque les microscopes ont commencé à être écrits avec le nom d’Oberhaeuser seulement .

Il est peut-être significatif que l’édition de 1840 de l’Annuaire Général de Paris (publié à la fin de 1839) marque la première apparition d’une liste pour « Oberhaeuser, opticien« . Bien qu’Oberhaeuser ait vécu à cette adresse depuis au moins 1832, il n’avait pas été inscrit dans  l’Annuaire Général, qui était un répertoire d’entreprises.

Oberhaeuser a continué à fabriquer toutes les formes de microscopes qu’il avait faite avec Trécourt, en mettant l’accent sur le style économique et pratique.

En 1847, Oberhaeuser introduit une nouvelle forme révolutionnaire de microscope. Il ouvrit la base du microscope à tambour afin que le miroir puisse être éclairé de tous les côtés.

Le pied rond devint un pied en U allongé ou type en forme de pied de cheval. Oberhaeuser fut l’inventeur du pied continental qui domina le design jusque en 1900.

Dans une publicité de 1847 il écrivait : “Les personnes qui travaillent sérieusement avec les microscopes connaissent l’immense importance qu’il y a de pouvoir parfaitement éclairer les diverses parties des objets soumis à l’observation, et en outre le grand avantage de faire varier à volonté la lumière sur divers points de ces objets.

L’instrument pour lequel je demande le présent brevet possède ces qualités au degré le plus éminent, avec la propriété de conserver son axe optique dans le mouvement circulaire de la platine, par rapport à l’objet soumis à l’observation, tout en ayant le mérite de pouvoir être commodément manié, ou autrement dit, cette nouvelle combinaison permet d’accomplir, avec toutes les facilités désirables, les différents travaux que l’on peut avoir à effectuer avec les microscopes. Ce nouveau microscope est porté par un pied dont la base est découpée en forme de fer à cheval, afin de dégager le centre de l’instrument, tout en lui donnant la solidité désirable.

Pieter Harting écrivit à propos d’Oberhaeuser et de ses collaborateurs : «Ils ont le mérite d’avoir vu que si la nouvelle amélioration microscopique pour la science et leurs disciples est vraiment fructueuse, le dispositif mécanique doit être aussi simple que possible, de sorte que le prix inférieur permet aux naturalistes encore moins aisés d’acquérir un instrument utile pour la plupart des observations.

Georg Oberhäuser acquit un grand mérite à cet égard. Après s’être séparé des deux partenaires mentionnés ci-dessus, il travailla pour lui-même pendant un certain nombre d’années, et il n’y eut pas de deuxième atelier à partir duquel un nombre égal de microscopes ont émergé.

J’ai reçu un grand microscope de lui en 1848, no 1550, et le professeur W. Vrolik a reçu le microscope no 1786 le 7 mars 1850, de sorte que dans moins d’un an et demi 236 microscopes sont sortis de cet atelier.

En 1859, le nombre de microscopes fabriqués était déjà passé à plus de 3000 .

Edmund Hartnack rejoint l’atelier de Georges Oberhaeuser vers 1850. Hartnack est né le 9 avril 1826 à Templin, dans le Brandebourg (à environ 80 kilomètres au nord de Berlin).

Oberhaeuser format Hartnack, et le prit comme associé en 1854. Le mémorial d’Oberhaeuser de Strebel indique qu’il prit sa retraite après avoir créé le partenariat, suggérant qu’Oberhaeuser conservait un intérêt financier dans l’entreprise, mais laissait les opérations quotidiennes à Hartnack.

Au milieu de 1855, l’adresse de la société passe de la 19 au 21 place Dauphine – on ne sait pas s’il s’agit d’un changement d’emplacement ou d’une renumérotation de la rue.

Le 24 avril 1855, Edmund Hartnack épouse la nièce d’Oberhaeuser, Johanna Maria Louise Kleinod, à Ansbach. Elle est la fille de la sœur de Georges Oberhaeuser, Maria.

Hartnack prit complètement le relais de l’entreprise en 1859, et le nom passa simplement à « Hartnack ».

Georges Oberhaeuser décéda le 11 janvier 1868, après «une longue et douloureuse maladie».

 

QUELQUES DATES UTILES POUR DETERMINER L’AGE DES MICROSCOPES

Oberhaeuser-Hartnack-Prażmowski

vers 1830 : Oberhaeuser quitte Rochette et fonde sa propre entreprise.

vers 1831 : Collaboration d’Oberhaeuser et de Bouquet.

1832: Oberhaeuser est établi au 19 place Dauphine en janvier 1832. Il est probable qu’il a commencé sa boutique à cette adresse.

vers 1833 – vers 1839 : Partenariat entre Oberhaeuser et Trécourt. Cela a probablement été limité aux microscopes, comme Oberhaeuser est connu pour avoir fait de l’équipement d’arpentage au cours de cette période, sous son nom seulement.

vers 1840 : Le numéro de microscope 638 n’est signé que par Oberhaeuser

1848: Pieter Harting achète un grand microscope avec le numéro de série 1550 d’Oberhaeuser.

1850: Willem Vrolik achète le microscope numéro 1786 le 7 mars 1850.

1855: L’adresse « Oberhaeuser et Hartnack » passe du 19 au 21 Place Dauphine.

1859: « Oberhaeuser et Hartnack« est devenu « Hartnack« .

1870: Hartnack quitte Paris avec le déclenchement de la guerre franco-prussienne. L’entreprise parisienne est devenue « Hartnack et Cie. « , et une deuxième opération a été commencée à Potsdam comme « Hartnack« .

1873: L’entreprise parisienne devient « Hartnack & Prażmowski« , et s’installe au 1 rue Bonaparte.

1878: Hartnack et Prażmowski dissolvent leur partenariat le 27 juillet, et l’entreprise parisienne se poursuit sous le nom de « Prażmowski« .

1883: L’entreprise Prażmowski est transmise à deux anciens employés et à leurs bailleurs de grâce, devenant  «Bézu, Hausser et Cie», bien qu’ils continuent d’utiliser le nom de Prażmowski jusqu’à sa mort en 1885.

 

 

De gauche à droite : Georges Oberhaeuser, Edmund Hartnack et Adam Prażmowski.

 

 

 

 

L’un des premiers microscopes connus qui a été produit par Georges Oberhaeuser, un instrument de style tambour qu’il a fait en collaboration avec Bouquet. Oberhaeuser est crédité de la popularisation du solide, mais peu coûteux, type de tambour de microscope au XIXe siècle. A noter que l’inscription donne le prénom d’Oberhaeuser, mais pas celui de Bouquet, évoquant une collaboration entre deux entreprises, plutôt qu’un partenariat formel. Le microscope illustré est l’un des deux seuls exemples connus de microscopes Bouquet et Oberhaeuser, l’autre ayant été dans la célèbre collection d’Alfred Nachet. Le manque d’instruments Bouquet et Oberhaeuser est compatible avec la brièveté apparente de leur collaboration.

 

 

 

 

Photographie et dessin des instruments d’arpentage d’Oberhaeuser vers 1833, qu’il fabriqua pour le ministère de la Guerre. Une rencontre fortuite avec Achille Trécourt, qui était secrétaire au ministère, a conduit à la nomination d’Oberhaeuser pour d’abord entretenir, puis produire, des appareils optiques pour les ministères de la Guerre et la Marine.

 

 

 

 

En 1847, Oberhaeuser a commencé à produire des microscopes avec des bases ouvertes, ce qui a permis au miroir d’être utilisé dans une variété d’angles pour fournir un éclairage oblique. Monté sur une base en forme de « U » ou de « fer à cheval », c’était la première utilisation du pied « Continental ». Ces illustrations sont tirées de l’édition de Pieter Harting de 1866  » Das Mikroskop « .

 

 

 

 

Diagramme découpé de trécourt et oberhaeuser breveté microscope à tambour, de Louis Mandl 1839 « Traité Pratique du Microscope ».

 

 

La société « Oberhaeuser & Hartnack » fut rebaptisée « Hartnack » en 1859. Extraits de « Annuaire général », publiés à la fin de chaque année précédente (l’édition de 1859 a été publiée en 1858, et l’édition de 1860 publiée en 1859).

 

 

Liste des microscopes de OBERHAUSER Georges 1798-1868
Trier parTitle
  • OBERHAUSER Georges 1840 inv 339
  • OBERHAUSER Georges 1840 inv 153
  • OBERHAUSER Georges 1840 inv 105
  • OBERHAUSER Georges 1835 inv 042